partager un cabinet pour s'installer en libéral

Rédigé par José - - Aucun commentaire

 

A partir  d’un certain moment, un professionnel qui a acquis de l’expérience  décide  souvent  de se mettre à son compte. Ceci signifie qu’il est désormais dans l’obligation de  se procurer un local. Or le loyer pour  une bonne  place est très élevé et c’est ce qui décourage certainement la majorité de ces  médecins qui veulent  pratiquer  en libéral. Pour remédier  à cela, il a été  mis en œuvre le projet de cocabinet. Cette initiative vient d’une association de professionnels qui veut  donner  libre  champ à ceux qui veulent travailler  à leur compte mais qui n’ont pas les moyens pour ce faire.

Le cocabinet, une alternative pour se mettre à son compte

Cette pratique est spécifiquement  établie pour les personnes  travaillant  dans le secteur  médical et qui veulent  travailler  dans le privé. Pour éviter d’être taxé trop lourdement. Voici comment  cela fonctionne : deux ou plusieurs spécialistes  ayant leur domaine  respectif se mettent ensemble  à la recherche  d’un local puis se le partage selon le nombre  de spécialités. Ceci veut  ainsi dire que ces praticiens  vont être indépendants dans leurs activités sans que leurs  fonctions  ne s’entremêlent. Pour que cela se fasse au mieux,  il faudrait que les  intéressés établissent  préalablement les règles quant à la copropriété. De plus, ils doivent surtout  s’assurer à  ce que  les secrets médicaux dans chacune des professions soient bien respectés. Dans tous les cas, c’est une manière économique et plus rentable de travailler  pour soi mais surtout  de pouvoir optimiser un endroit.

A la recherche de la meilleure place pour sa profession

Dans  l’éventualité où l’intéressé est seul dans  son projet de se mettre au libéral, il faudrait qu’il se mette à la recherche de bonne place. Il existe  en ligne des sites d’agences qui proposent  des cabinets à partager. En effet, le partage cabinet est très courant  dans le milieu médical et c’est quelque chose de très pratique. Quoi qu’il en soit, il y a lieu de vérifier  le local avant  de s’y installer. Il est d’abord important de vérifier  le genre  de spécialiste recherché par le  praticien titulaire du cabinet car normalement  il y a toujours une condition limitative quant à la profession qui peut  y être  exercée. Ensuite, lors de la visite  de l’endroit, il faut également bien examiner que  tous les critères imposés par la loi par rapport à l’accessibilité, à la signalisation, à la stérilisation et à la sécurité existent et qu’ils soient tous respectés. Un autre avantage réside dans le fait que les frais seront également partage pour l'entretien de la toiture. Renseignez vous au préalable si ces frais n'incombent pas au propriétaire du bâtiment.

Les avantages pratiques du cocabinet

Le cocabinet est déjà une bonne alternative surtout pour ne pas louer cabinet entier trop cher. Cela présente donc une économie financière très intéressante car au lieu de payer un loyer entier, on n’aura à payer que celui correspondant à la place occupée. Mis à part le budget, il pourra  également  profiter d’un  plus  grand  espace car en plus de la  partie utilisée dans le local, le colocataire bénéficiera aussi des salles communes comme la salle d’attente ou la salle de repos. Enfin, il ne faut pas  oublier les avantages intellectuelles d’un tel arrangement  car ayant  des spécialités différentes, les professionnels  travaillant  dans le même pallier pourront faire des échanges  d’expériences.
Ce système d'échange et de partage est très utilisé par l'avocat qui veut ainsi délocaliser ses services et assurer une permanence dans d'autres grandes villes ou se rapprocher du cytoyen dans les milieux urbains.

Écrire un commentaire

Quelle est la troisième lettre du mot rimi ? :